Présentation de l’Observatoire Metropolis au MIT

Menu principal

Lundi 29/01/2018
Tags
Metropolitan Governance
MetroLab_2018
Credits:

MetroLab

La troisième édition du cours Metro Lab de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT, sigle en anglais) s’est déroulée du 8 au 19 janvier. L’établissement d’une discipline académique consacrée à la gouvernance métropolitaine ainsi que les enjeux et solutions environnementaux du point de vue métropolitain ont été les principaux thèmes du cours. Pour la deuxième année consécutive, Metropolis était représentée au programme, cette fois à travers la participation du chargé de mission Eugeni Villalbí, qui a présenté l’Observatoire Metropolis dont il est le responsable.

Le cours s’est articulé autour de deux modules d’une semaine, disponibles dans leur ensemble ou séparément. Eugeni Villalbí a assisté au premier module intitulé « Co-creating the metro discipline » (Cocréer la discipline métropolitaine), dans lequel il a pu exposer le rôle charnière de notre association dans un contexte toujours plus mondial et urbain ainsi que les objectifs de l’Observatoire Metropolis d’analyser ce contexte et de proposer des recommandations à propos des principaux enjeux auxquels font face les espaces métropolitains. « Ce cours a été une excellente occasion de partager notre travail qui s’aligne parfaitement sur le contenu du Metro Lab : construire une discipline et des connaissances en tant que bases solides pour la gouvernance métropolitaine, l’épine dorsale du processus d’urbanisation actuel », a-t-il indiqué.

Le module a également permis de présenter la collection d’issue papers de l’Observatoire Metropolis, qui offre des cadres de référence relatifs au besoin d’inclure la perspective métropolitaine dans la gestion des villes et de leurs territoires. Eugeni Villalbí a également annoncé notre nouvelle collaboration avec la London School of Economics (LSE-Cities) pour construire un système d’indicateurs métropolitains permettant de suivre et de comparer l’évolution de nos métropoles en matière de gouvernance métropolitaine, développement économique, cohésion sociale, égalité des sexes, durabilité et qualité de vie.

Les activités du Metro Lab 2018 se sont basées sur des méthodes d’apprentissage favorisant l’échange d’expériences entre les professionnels consacrés à différents domaines de la gouvernance métropolitaine et travaillant au sein de gouvernements locaux, d’organismes multilatéraux, d’instituts de planification urbaine, d’entreprises privées et d’institutions académiques issus de divers continents. Cette diversité de points de vue et d’analyses de la réalité accompagnée d’une méthode d’apprentissage basée sur la participation, les débats, les ateliers, les panels et les visites de terrain a permis aux étudiants d’échanger leurs expériences et leurs connaissances pour mieux comprendre la complexité de la réalité métropolitaine.

Le programme a été ponctué de présentations de la part des intervenants du cours, comme Pedro Ortiz, consultant senior en affaires urbaines doté d’une vaste expérience internationale dans les domaines métropolitains, qui a affirmé que les éléments qui garantissent une vision métropolitaine et, par conséquent, en facilitent la gouvernance sont ceux qui unissent le territoire pour leur continuité spatiale, tels que les infrastructures grises (infrastructures de mobilité, gestion des déchets, etc.) et les infrastructures vertes (espaces verts, rivières, etc.). Le second module, intitulé « Metropolitan environmental solutions » (Solutions environnementales métropolitaines), a contribué à cette perspective en approfondissant des contenus en lien avec ces infrastructures.

Avec la participation de Metropolis, des intervenants et des étudiants, le but est de soutenir une publication aidant à avancer dans la création d’une discipline métropolitaine.

L’objectif général des cours Metro Lab consiste à renforcer la conscience publique et générer des connaissances applicables aux enjeux métropolitains pour en définitive réduire l’écart entre la théorie et la pratique sur le phénomène métropolitain. Tenu au siège de l’Environmental Solutions Initiative (Initiative de solutions environnementales), le Metro Lab 2018 fait partie du cycle annuel d’activités indépendantes que le MIT offre aux communautés d’étudiants du monde entier dans ses différents départements. Metro Lab est une initiative soutenue et coordonnée par David Gómez Álvarez, docteur en administration publique spécialisé en politiques de développement de l’Université de New York (NYU), conjointement avec Gabriel Lanfranchi, fondateur du Programme villes du CIPPEC (Centre de mise en place de politiques publiques pour l’équité et la croissance).

Partenaires: